Le rôle de la lumière dans les bâtiments

Mercredi 21 Mars 2018

Un principe naturel auquel la science rend ses lettres de noblesse

lumière naturelle rythme biologique circadien fatigue visuelle hygiène physiologique psychologique bien-être EHPAD actualité Bluetek
"La lumière est d'abord une question d'hygiène physiologique et psychologique" (Francis Soler, architecte DLPG)

 

BÂTIMENT ET SANTÉ PUBLIQUE

Le Code du Travail pose des éléments essentiels au bien-être dans les locaux de travail. Il s’agit de gérer, d’une part la fatigue visuelle et les affections de la vue (article R4223-2), et d'autre part, la suffisance d’une lumière naturelle dans les locaux (article R4223-3). Le rythme circadien est essentiel à la gestion de notre horloge biologique. C’est aujourd’hui prouvé et tout à fait de bon sens.

LA LUMIÈRE NATURELLE APPUYÉE PAR LE PRIX NOBEL 2017 DE PHYSIOLOGIE ET DE MÉDECINE

‘’Les plantes, les animaux et les êtres humains adaptent leur rythme biologique pour qu’il se synchronise avec les révolutions de la terre.’’Conclusion ici vulgarisée du discours des Américains Jeffrey C. Hall, Michael Rosbash et Michael W. Young, qui ont mis en évidence les mécanismes moléculaires contrôlant le rythme circadien. Ils ont isolé un gène qui contrôle le rythme biologique normal quotidien. Celui-ci encode une protéine PER qui s’accumule dans les cellules durant la nuit et se dissipe pendant la journée, son taux oscillant durant un cycle de 24 heures, soit justement selon un rythme circadien. Celui-ci est synchronisé par différents vecteurs de notre environnement, en particulier par la lumière…

MÉMOIRE, HUMEUR, SOMMEIL ET COGNITION

Voici des troubles pouvant être directement impactés par le rythme circadien, d’où une volonté pour certains bâtisseurs de développer des constructions étroitement liées à une luminosité sans failles. En exemple Francis Soler, architecte DLPG, ayant œuvré pour un bâtiment à Saclay (91) en arguant que « La lumière est d’abord une question d’hygiène physiologique et psychologique. »

QUID DE L’ÉCLAIREMENT NATUREL ET ARTIFICIEL

Des capteurs permettent actuellement à l’éclairage artificiel de prendre le relais sur l’éclairage naturel. Ces dispositifs permettent d’améliorer le bien-être des occupants, mais aussi de soigner certains troubles liés au manque de lumière, comme les Troubles Affectifs Saisonniers (TAS), autrement appelés dépression saisonnière, engendrés par le manque de lumière en hiver. Des fabricants ont même effectués des études sur l’impact de la lumière sur certaines pathologies comme Alzheimer. Le Centre d’Innovation et d’Usages en Santé (CIU Santé) a pu ainsi démontrer qu’un éclairage circadien dynamique avait des bénéfices significatifs sur le bien-être des résidents.

Autre conclusion concernant l’éclairage via la technologie Led, désormais intégrée à tous les nouveaux systèmes d’éclairage artificiel. Récemment, des chercheurs de l’Inserm ont mis en garde contre l’effet délétère des Leds blanches après avoir prouvé la possibilité d’apparition de lésions cellulaires sur la rétine du rat, à des niveaux de luminance caractéristiques d’une utilisation domestique. Sébastien Point, docteur et ingénieur en physique, appelle cependant à plus de nuance ; dans un article cosigné avec le Docteur Lambrozo, membre du service médical d’EDF, il souligne les différences fondamentales entre l’œil du rat et celui de l’homme. Un débat donc à suivre, tout en n’oubliant pas que la lumière originelle est tout simplement naturelle.

(Extraits et source article www.cahiers-techniques-batiment.fr « Quand la science éclaire le bâtiment »du 22 février 2018)

Articles connexes

> 4 bonnes raisons de promouvoir la lumière naturelle

> Outil de calcul de la lumière

> Nos solutions performantes (acoustiques, thermiques et solaires)

Portfolio

Exemple d’éclairement zénithal par lanterneaux en toiture du hall d’accueil du Mas Les Floralies de Freyming-Merlebach (dépt 57)

Actualité Bluetek lumière naturelle dans le bâtiment ressource Cahiers Techniques du Bâtiment CTB